Matériaux bio-sourcés : l’avenir du bâtiment

Anas et fibres de lin
Anas et fibres de lin

Au lendemain de  la « COP21 », les enjeux environnementaux apparaissent en première ligne des préoccupations des français.  Pour 81%* d’entre eux, utiliser des énergies renouvelables peut se révéler être une action positive sur le changement climatique.

Les matériaux de construction pèsent lourd sur l’environnement, bien les choisir est une étape essentielle pour  diminuer son empreinte énergétique. Aujourd’hui, il semble  inévitable de réduire la dépendance de notre industrie aux énergies fossiles et continuer à promouvoir des solutions constructives plus durables, plus propres, et plus vertes.

Vers une meilleure reconnaissance des filières bio-sourcées

Que ce soit pour la construction ou pour  l’aménagement urbain, les matériaux bio-sourcés,  s’imposent depuis quelques années comme une évidence écologique. Ils  assurent des performances durables, préservent environnement et valorisent  la santé. Nous retrouvons ces matériaux sous différentes formes : isolants fibreux,  mortiers, bétons, matériaux composites, etc.

L’argument environnemental est le plus reconnu. Les matériaux Bio-sourcés bénéficient de réels atouts, comme le stockage de carbone, le caractère renouvelable de la matière première ou encore de faibles besoins en énergie grise. L’aspect économique est tout aussi intéressant. Le développement des matériaux biosourcés favorise le déploiement de nouvelles filières agricoles et industrielles créatrices d’emplois.

La loi de transition énergétique, votée en septembre 2015, confirme le potentiel grandissant de cette filière. L’utilisation des Eco matériaux est dorénavant encouragée par les pouvoirs publics  pour la construction ou la rénovation.  Cette reconnaissance institutionnelle ouvre de belles perspectives économiques pour les industriels du secteur.

Fleurs et champs de lin
Fleurs et champs de lin

Biofib’isolation : un acteur engagé sur le territoire

Cavac Biomatériaux, filiale du groupe coopératif agricole Cavac qui regroupe plusieurs milliers d’agriculteurs sur la Vendée et les Deux-Sèvres, se mobilise dès 2009, pour développer une filière chanvre.  Une culture durable et renouvelable qui participe à la régénération des sols et permet de valoriser les terres les moins fertiles.

L’entreprise se dote d’un outil industriel, unique en Europe, qui permet de réaliser sur un même site de production, les opérations de défibrage et de nappage, et ainsi réduire son empreinte écologique. La même année elle lance Biofib’isolation. La première gamme d’isolants composés uniquement de fibres végétales issues de l’agriculture locale.  Ces produits sont aujourd’hui distribués dans tous les négoces de France. Leurs performances thermo-acoustiques sont validées par des certifications officielles comme  l’ACERMI.

L’isolation biosourcée mais plus largement les éco-matériaux, sont des réponses durables à la construction de demain. Les acteurs du bâtiment ne sont pas les seuls à être séduits, d’autres secteurs industriels s’ouvrent à la croissance verte et se tournent avec beaucoup d’intérêt vers les produits biosourcés : la chimie, l’automobile, ect. Le chanvre est à ce titre de plus en plus demandé, on le retrouve dans les tableaux de bord de voiture ou en sous-couche routière !

Un signe de bon augure, pour la filière chanvre de Cavac Biomatériaux, garantit 100% origine France !

*source l’édition 2015 du baromètre de l’association Via Sèva.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.