Cauchemar au large de Madère

Jean Le Cam à l'aube du 6ème jour

Après 6 jours de course, le skipper de SynerCiel est dans les Alizés. Les couches de vêtements diminuent au fur et à mesure que la température augmente. Jean Le Cam est à la bagarre dans l’Est de la flotte après quelques frayeurs au passage d’une dépression au large de Madère. Un début de course agité pour le « roi » Jean qui pointe aujourd’hui à la 9e place.

Jean Le Cam à l'aube du 6ème jour

Prendre le rythme de la vie au large

Même si le début de course n’a pas entraîné beaucoup de manœuvres – le golfe de Gascogne a pu être traversé sur un seul bord – le marin doit tout de même s’amariner et les premières 24 heures ne sont pas « Youkourintintin » comme le rappelle le skipper de SynerCiel. « Tu grignotes mais pour les vrais repas, il faut attendre au moins une journée. »

Des nuits agitées

Le skipper de SynerCiel n’a pas échappé à quelques grosses frayeurs. Dans la nuit de dimanche à lundi, la collision avec Jean-Pierre Dick a été évitée de peu. « On a failli se rencontrer avec Virbac-Paprec 3, deux fois dans la même nuit. C’était assez rigolo – enfin je dis cela maintenant ! » Deuxième frayeur quelques jours plus tard dans la nuit de mercredi à jeudi. « Le film de la nuit aurait pu s’appeler : ‘Cauchemar au large de Madère’. J’étais sous solent et grand-voile 1 ris quand une rafale de vent à souffler à 38 nœuds. SynerCiel s’est à moitié couché sur l’eau. Ce moment ressemblait à un coup de vent que l’on rencontre dans le grand Sud ! »

Bonne humeur à partager

Heureusement, ces incidents n’ont en rien entamé la bonne humeur du « roi » Jean qui a fait partager les détails de sa tenue vestimentaire et de sa toilette. Vacation du 13 novembre : « Je suis sous spi, il fait beau. Je suis en chaussettes roses, crocs marrons, slip et t-shirt. Tu imagines le crobar ! Je ne vais pas faire une photo car après vous allez être effrayés. Avec mes cheveux longs que je n’ai pas coupés, mon slip, mes chaussettes et mes crocs, je me balade sur les Champs-Elysées, je vais en taule direct ». Jean Le Cam a également avoué qu’il avait oublié le manche pour fixer ses lames de rasoir. Mais le skipper de SynerCiel a trouvé la parade car sur ses vidéos, il se présente rasé de près.

Ça glisse dans les alizées

Les dernières nouvelles du bord reçues ce matin réchauffent l’atmosphère. SynerCiel file à 16 nœuds dans les Alizés : les températures grimpent et le t-shirt est de rigueur même s’il y a constamment de l’eau sur le pont. Jean Le Cam prend également le temps de bien manger : « Hier soir, je me suis fait un petit Parmentier de chez la comtesse Du Barry. De la folie. Ça devrait être obligatoire à bord tellement c’est bon ». Au classement de 12h ce midi, le skipper de SynerCiel a réduit son retard au premier de 50 milles en 24 heures.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.